L’Assemblée nationale dépasse largement son budget

L’EXPRESS.FR     28/09/ 2018

Selon un document confidentiel que s’est procuré « Le Parisien », elle devra puiser 47 millions d’euros dans ses réserves.

Le Palais Bourbon est dans le rouge. L’Assemblée nationale a explosé son budget, révèle Le Parisien ce vendredi. Le quotidien a pu consulter un document confidentiel du Parlement, qui pointe la nécessité pour l’Assemblée de prélever 47 millions d’euros dans ses réserves pour l’année 2019, soit 18,6 millions de plus que prévu.

Ces réserves n’étant pas inépuisables, le rapport insiste également sur la nécessité pour la chambre basse du Parlement de reconsidérer l’équilibre de son budget à long terme pour faire face à l’évolution des dépenses.

Une hausse des dépenses

« Les charges prévisionnelles de l’exercice 2019 sont supérieures à la dotation de l’État et aux recettes propres de l’Assemblée », assène le document qui prépare le budget 2019 du Parlement. Les dépenses de l’Assemblée nationale ont en effet augmenté à tel point qu’elle devra donc puiser largement dans ses réserves.

En cause, on compte notamment l’acquisition en 2016 de l’hôtel de Broglie. À la proposition du Premier questeur, en décembre dernier de revendre cet immeuble de 7000 mètres carré , le conseil d’administration de l’Assemblée avait refusé de s’en séparer. François de Rugy, alors président de l’Assemblée nationale, avait en effet déclaré que ce bâtiment, censé offrir plus d’espace aux députés, était une « bonne affaire ».

Quant aux autres dépenses, elles concernent les députés directement. En tête, on compte par exemple leurs retraites, qui augmenteront l’an prochain de plus de 11%. Cette augmentation est liée en majorité à la réforme des retraites des députés, qui a été alignée sur le régime des salariés. Si une baisse des pensions devrait bien s’appliquer, elle ne touchera que les futurs députés retraités. En attendant, les cotisations ont d’ores et déjà baissé, ce qui réduit les recettes de l’Assemblée.

L’augmentation des dépenses se fait aussi ressentir dans les frais de secrétariats des députés, les charges de représentation des commissions et de déplacements des députés. Cette dernière hausse est liée à un nombre plus important de voyages en avion, dont les tarifs augmentent.